Comment choisir son déshumidificateur ? Le guide complet

Le choix d’un déshumidificateur doit être fait en tenant compte de certains facteurs très importants afin que l’appareil puisse accomplir correctement sa tâche et répondre aux besoins spécifiques de l’utilisateur.

Sommaire :

La première considération qui doit être prise en compte concerne le fait qu’il existe différents types de déshumidificateurs sur le marché, qui peuvent être utilisés dans différents contextes environnementaux et, surtout, avec des différences significatives en termes de performances. Avant de traiter en détail les caractéristiques des principaux systèmes de déshumidification et les facteurs qui contribuent au choix du déshumidificateur le mieux adapté à chaque situation spécifique, il faut d’abord savoir ce qu’est un déshumidificateur.

Qu’est-ce qu’un déshumidificateur ?

Le déshumidificateur, comme son nom l’indique, n’est rien de plus qu’un appareil capable d’extraire la vapeur d’eau présente dans l’air, plus communément appelée humidité. La nécessité de réduire le taux d’humidité à l’intérieur d’un environnement peut découler de divers besoins.

Il est bien connu qu’un taux d’humidité excessif favorise la propagation d’agents pathogènes, tels que les acariens, les bactéries et les champignons, qui utilisent principalement l’eau comme vecteur de transport. De plus, un niveau élevé d’eau dans l’environnement provoque des altérations des matériaux, tels que le bois, les peintures et les tissus.

De plus, on peut souffrir d’inconforts physiques et respiratoires en présence d’un taux d’humidité élevé, en raison de la plus grande difficulté de respirabilité de la peau, qui ne peut pas remplir correctement sa fonction de thermorégulation de l’organisme.

L’importance de réduire la teneur en vapeur d’eau de l’air se fait sentir pendant les saisons d’été et d’hiver. Pendant la première, pour les raisons mentionnées ci-dessus, la déshumidification améliore la résistance des personnes à la chaleur, car elle favorise les mécanismes physiologiques d’autorégulation de la température ; pendant la période hivernale, pouvoir réduire le taux d’humidité des pièces permet de moins sentir les basses températures et évite la condensation sur les surfaces internes de la maison.

En hiver également, le déshumidificateur résout le problème du séchage de linge lorsqu’il ne peuvent pas être exposés à l’air libre en raison de la température.

Retour au sommaire ↑

Les différents types de déshumidificateurs

Nous pouvons faire une première distinction typologique en deux grandes catégories : les déshumidificateurs électriques et les déshumidificateurs au sel (non électriques).

Les premiers comprennent tous les déshumidificateurs qui utilisent l’électricité pour fonctionner et sont les plus nombreux et les plus variés, tandis que les seconds se caractérisent par une totale indépendance vis-à-vis des sources d’énergie, puisqu’ils exploitent les principes physico-chimiques des matériaux qui les composent, par lesquels ils retiennent l’eau selon un processus passif.

Déshumidificateurs non électriques

Le déshumidificateur à sel se compose essentiellement d’un récipient rigide (boîte) ou d’un récipient déformable (sac) contenant des composés salins sous forme de grains avec une surface de contact élevée avec l’air. Outre les sels, des matériaux argileux peuvent également être présents, ce qui augmente les propriétés hygroscopiques du mélange.

Le déshumidificateur salin est donc un système extrêmement simple, silencieux et pas cher. Sa limite est représentée par sa faible capacité de fonctionnement, car, comme nous l’avons mentionné, il exploite des mécanismes d’action passifs moins efficaces que les systèmes électriques. Pour cette raison, le déshumidificateur au sel n’est pas adapté au traitement de grands volumes d’air et ne doit donc être utilisé que dans de petites pièces de 10-12 mètres carrés maximum. Pour des environnements encore plus petits tels que les placards ou les tiroirs, on peut utiliser de petits sacs de très petite taille contenant le mélange hygroscopique.

De plus, les sels sont saturés lorsqu’ils ne sont plus capables d’absorber l’eau et doivent être remplacés. L’autonomie du déshumidificateur au sel est donc limitée à environ 2-3 mois selon la qualité des composés salins utilisés.

Il existe également sur le marché des kits pour la fabrication d’un déshumidificateur au sel, offrant la possibilité de doser la quantité de mélange absorbant en fonction de la charge d’humidité à extraire ou du degré d’humidité de l’air que l’on souhaite obtenir.

Déshumidificateurs électriques

Lorsque les pièces à traiter dépassent les dimensions indiquées ci-dessus, il est conseillé d’utiliser des déshumidificateurs électriques.

Bien que plus coûteux que les premiers, les déshumidificateurs électriques ne sont pas constitués de composants ou de matériaux qui s’usent. Cependant, ils sont sujets à l’usure mécanique comme la plupart des appareils électroménagers et peuvent donc nécessiter un entretien après un certain nombre d’heures d’utilisation.

Retour au sommaire ↑

Les climatiseurs avec fonction déshumidificateur

On peut aussi envisager la possibilité de choisir une seule machine capable d’assurer de manière intégrée les fonctions de climatisation et de déshumidification. Voir aussi : Comment choisir son climatiseur mobile ?

Retour au sommaire ↑

Puissance et consommation d’un déshumidificateur

Il faut prendre en compte la consommation de l’appareil, car les déshumidificateurs sont généralement utilisés pour des cycles de fonctionnement plus ou moins longs et, dans les cas extrêmes, ils restent toujours actifs. Il convient toutefois de noter que la plupart des déshumidificateurs modernes ont une consommation d’énergie dite intermittente, c’est-à-dire que leur consommation d’énergie maximum se produit à des intervalles plus ou moins réguliers et non de façon continue, à l’exception de la phase de démarrage où la machine doit atteindre son régime le plus rapidement possible. Pour cette raison, la consommation totale du déshumidificateur est liée à la somme des cycles de fonctionnement réels.

La puissance du déshumidificateur peut varier d’un minimum d’un peu moins de 100 Watts, pour les plus petits modèles, à un maximum de 600 Watts et plus, pour les versions conçues pour les grands environnements. Dans la plupart des maisons, des déshumidificateurs d’une puissance moyenne d’environ 300 watts sont habituellement suffisants pour les conditions domestiques courantes.

Pour avoir une idée plus précise des coûts de fonctionnement de cet appareil, il peut être utile d’estimer le coût horaire de son fonctionnement, considérant qu’un kilowattheure (kWh), l’unité principale de mesure de consommation d’électricité, équivaut à un peu plus de 3 heures de fonctionnement d’un déshumidificateur de 300 watts (300 W x 3 h = 0,9 kWh), ou 5 heures pour un déshumidificateur de 200 watts (200 W x 5 h = 1,0 kWh).

Retour au sommaire ↑

Dimensions d’un déshumidificateur

Lorsque vous n’avez pas beaucoup d’espace, l’ajout d’un déshumidificateur peut être un problème. La taille du déshumidificateur n’est pas négligeable et doit être prise en compte en fonction de la taille de vos pièces. La possibilité d’accrocher le déshumidificateur au mur à l’aide d’un support spécial peut également être envisagée, évitant ainsi d’occuper une surface au sol. Dans ce dernier cas, il est toutefois nécessaire de vérifier la présence de points d’appui ou de fixation sur la structure de l’appareil.

Retour au sommaire ↑

La conception d’un déshumidificateur

Si cet appareil est exposé à la vue des personnes qui vivent dans l’habitation, vous comprenez l’importance de choisir un modèle qui présente des lignes et des couleurs agréables ou appropriées au style du mobilier existant.

Retour au sommaire ↑

Caractéristiques supplémentaires d’un déshumidificateur

Une fois la classe de puissance du déshumidificateur identifiée, il est possible d’affiner son choix sur la base des principales fonctions fournies avec l’appareil. En effet, il existe une large gamme de déshumidificateurs de même puissance plus ou moins sophistiqués et automatisés, et capables, en plus de la tâche principale de réduire l’humidité, d’effectuer d’autres activités liées au traitement de l’air comme, par exemple, sa purification, le chauffage et de nombreux autres aspects mineurs qui affectent la fonctionnalité globale du dispositif et sa facilité d’utilisation.

Il existe une large gamme d’appareils équipés de filtres spéciaux capables de retenir les particules d’air, réduisant ainsi le taux des allergènes présents. Cette fonction est rendue possible par le moyen d’un ou plusieurs ventilateurs.

Les déshumidificateurs capables de purifier l’air sont naturellement plus chers et doivent être entretenus plus souvent, car il nécessite le remplacement ou le lavage des filtres utilisés pour filtrer et retenir les impuretés.

L’air sortant d’un déshumidificateur électrique est légèrement plus chaud d’environ 0,5-1 °C que l’air entrant et ce léger chauffage est généralement suffisant pour chauffer de petits espaces ou utiliser le déshumidificateur comme système efficace de séchage du linge. Cependant, s’il est nécessaire d’augmenter la température ambiante, il est possible d’acheter des déshumidificateurs équipés de la fonction chauffage.

Une fonction qui peut être intégrée au déshumidificateur et similaire à celle des filtres est représentée par la possibilité d’ioniser l’air : l’air sortant du déshumidificateur est enrichi de charges négatives (ions) qui, en rejoignant les particules de poussière, pollen, vapeurs (chargés positivement) forment des composés qui ont tendance à se déposer sur les surfaces, perdant ainsi leur suspension dans l’air. Pour les personnes souffrant de troubles respiratoires et, en général, pour assainir l’air, ces appareils peuvent donc améliorer considérablement la qualité de l’environnement en général.

En plus des fonctions supplémentaires énumérées ci-dessus, le déshumidificateur peut également être équipé de fonctions secondaires mais toujours utiles comme, par exemple, la modification des niveaux de puissance, le verrouillage de commandes en cas de présence d’enfants dans la maison, ou la programmabilité pour définir des intervalles d’activité précis pendant le jour ou la nuit, la commande sans fil pour donner des commandes à distance, etc.

Retour au sommaire ↑

Capacité de déshumidification

La caractéristique la plus importante à évaluer lors du choix d’un déshumidificateur électrique est sa capacité de fonctionnement, également exprimée en termes de capacité de déshumidification. Cette valeur implique deux autres variables qui doivent être soigneusement évaluées et comparées aux conditions environnementales dans lesquelles le déshumidificateur est destiné à fonctionner, à savoir la surface ou le volume qui peut être traité et la puissance du point de vue de la consommation électrique.

La capacité de déshumidification est exprimée en litres d’eau extractible par unité de temps (heure ou jours) et, plus cette valeur est élevée, plus la capacité du déshumidificateur à traiter des taux élevés d’humidité ambiante est grande. Par conséquent, si nous avons besoin de déshumidifier des pièces particulièrement humides, nous devons nous orienter vers des appareils de déshumidification de grande capacité, environ 20-30 litres par jour. Naturellement, le prix de ces déshumidificateurs sera plus élevé que la moyenne, car ils sont fabriqués avec des composants plus puissants et efficaces.

La capacité de déshumidification indique le volume d’air que le déshumidificateur est capable de traiter. Cet indice, plus communément exprimé en mètres carrés est plus facile à comprendre, car il est comparable aux caractéristiques planimétriques de l’appartement ou de la pièce individuelle dans laquelle le déshumidificateur doit être utilisé. La correspondance précise entre l’espace à traiter et la capacité de travail du déshumidificateur nous garantit la réalisation des objectifs fixés pour la réduction de l’humidité ambiante.

Retour au sommaire ↑

Poids et accessoires de transport du déshumidificateur

Dans les contextes domestiques, l’utilisation du déshumidificateur est généralement intermittente : l’appareil est placé dans une pièce excessivement humide et laissé pendant un certain temps, puis, après avoir terminé son cycle de travail, retiré et rangé. Si vous prévoyez de l’utiliser principalement de cette manière, vous devez également évaluer le poids du déshumidificateur et de tout accessoire permettant de le déplacer, comme le nombre de roues et de poignées, afin d’évaluer sa maniabilité pour le déplacer d’un endroit à un autre.

Comme les déshumidificateurs ont généralement un poids non négligeable, si vous prévoyez de les déplacer fréquemment, la qualité des roues joue un rôle clé. Les roues trop petites montrent rapidement leurs limites.

Retour au sommaire ↑

Déshumidificateurs fixes (intégrés)

Si le déshumidificateur est destiné à être utilisé en permanence dans la même pièce, il est conseillé de s’orienter vers les déshumidificateurs dits encastrés, c’est-à-dire capables de s’intégrer avec le mobilier existant. Ces modèles sont naturellement plus chers que la moyenne et nécessitent parfois l’assistance technique d’un professionnel pour l’installation, mais vous permettent d’optimiser l’espace disponible.

Retour au sommaire ↑

Entretien d’un déshumidificateur

L’entretien du déshumidificateur doit être aussi simple et rapide que possible. Sur la plupart des appareils sans fonctions intégrées, il est nécessaire d’extraire et de laver périodiquement le filtre à air en maille synthétique qui protège le ventilateur. Cette opération est très importante car elle élimine la formation de dépôts de poussière qui se forment à l’intérieur du déshumidificateur, où la plupart des spores fongiques, bactéries et virus peuvent nicher. A cet égard, il est donc nécessaire d’évaluer la facilité d’extraction du filtre du déshumidificateur et la possibilité de le laver efficacement.

Si le déshumidificateur est également équipé de filtres supplémentaires pour la purification de l’air, il est nécessaire de s’informer de la procédure à suivre pour les nettoyer ou les remplacer et du coût des pièces de rechange.

Retour au sommaire ↑

Bruit de fonctionnement d’un déshumidificateur

Un autre élément à évaluer concerne le niveau sonore du déshumidificateur. Il n’est pas rare que ces appareils fonctionnent également pendant la nuit et, si la pièce ne permet pas d’isoler acoustiquement le déshumidificateur, le niveau de bruit peut devenir particulièrement ennuyeux. Les émissions sonores des déshumidificateurs sont exprimées en décibels (dB) et se situent en moyenne autour de 45 dB. En dessous de ce chiffre, il s’agit de déshumidificateurs relativement silencieux alors que, si l’on s’approche de valeurs proches ou même légèrement supérieures à 50 dB, il est conseillé d’utiliser le déshumidificateur dans des conditions suffisamment isolées pour ne pas provoquer de nuisances. Il est clair que si le déshumidificateur doit être utilisé dans la cave ou dans d’autres pièces généralement situées dans des zones inhabitées, le facteur bruit ne rentra pas en compte lors du choix d’un déshumidificateur.

Retour au sommaire ↑

Type d’évacuation de l’eau d’un déshumidificateur

Venons-en maintenant à un autre aspect important du déshumidificateur qui concerne son caractère pratique d’utilisation, à savoir le type d’évacuation de l’eau de condensation. Dans le processus d’extraction de l’eau de l’air, en exploitant le phénomène physique de condensation, qui correspond au passage de l’état gazeux (vapeur) à l’état liquide de l’eau, le déshumidificateur accumule avec le temps une certaine quantité de liquide qui se dépose temporairement dans le récipient approprié. La capacité du réservoir détermine donc également l’autonomie de fonctionnement, car lorsque le seuil de remplissage maximal est atteint, en général, un dispositif mécanique composé d’un flotteur interrompt l’alimentation électrique et arrête automatiquement le déshumidificateur. Par conséquent, les récipients trop petits obligeront l’utilisateur à les vider fréquemment.

Si vous prévoyez de laisser le déshumidificateur dans un environnement particulièrement humide, il est conseillé d’opter pour des modèles qui ont une grande capacité de stockage ou qui permettent une vidange externe (décharge directe et continue). Cette dernière caractéristique permet de contourner le récipient collecteur et de verser l’eau de condensation directement dans un siphon ou vers l’extérieur du bâtiment, éliminant le problème d’accumulation d’eau. Le raccordement entre le déshumidificateur et le drain est généralement assuré par un court tuyau flexible auquel il est possible, si nécessaire, d’ajouter une rallonge. Le tuyau doit être nettoyé régulièrement pour éviter la formation de bouchons causés par des moisissures ou d’insectes. L’obstruction de l’évacuation compromet le bon fonctionnement du déshumidificateur et expose la surface d’appui à d’éventuelles inondations.

Retour au sommaire ↑

L’importance de la marque d’un déshumidificateur

L’achat d’un déshumidificateur d’une marque inconnue expose l’acheteur à un service client de faible qualité ou carrément inexistant. Ce problème peut devenir particulièrement désagréable si vous devez remplacer un composant du déshumidificateur ou acheter un nouvel accessoire, car, dans ces cas, il est important de pouvoir communiquer avec un service client compétant.

Comme marques fiables, on peut citer :

Retour au sommaire ↑

Le prix d’un déshumidificateur

Le prix joue sans aucun doute un rôle important dans le de choix de tout appareil électroménager. En ce qui concerne les déshumidificateurs, on retrouve une gamme de 100 à 250 euros dans laquelle se situent la plupart des modèles standard, avec les principales fonctions de déshumidification.

Si l’on veut acheter des appareils ayant une puissance supérieure à la moyenne, leurs prix ont tendance à augmenter comme vous vous en doutez, d’où l’importance de bien évaluer la puissance nécessaire pour éviter de dépenser plus que nécessaire.

Comme mentionné précédemment, si le d’un déshumidificateur électrique est trop élevé pour vous, l’alternative représentée par les déshumidificateurs au sel peut être intéressante, en rappelant toutefois que ces derniers sont adaptés à des surfaces relativement petites. Leur prix moyen peut en effet être inférieur à 10 euros, mais il faut envisager d’éventuelles « recharges » une fois que la puissance hygroscopique du sac épuisée.

Donnez votre avis dans les commentaires

Donnez votre avis

Test-et-avis.com